Hortus des Discrètes

Nouvelle Aquitaine
Hortus des Discrètes

Le point de départ 

Quand je suis arrivée, il y a 8 ans, le terrain, situé à 550m d'altitude était nu : pas de haie, pas de plantations, seuls un pommier, un cerisier, un pêcher, deux tilleuls avaient été plantés. Le propriétaire utilisait désherbant et autres produits anti-chenilles etc .... (il me l'avait dit lui-même). La maison se situant sur ces terrains situés en bas de champs plus ou moins pentus, et donc pouvant être humides ; l'ancien propriétaire avait fait installer un drainage.

Dans un 1er temps, j'y ai aménagé des zones pour y cultiver quelques légumes, des plantes aromatiques. 


La Zone Tampon

Puis j'ai planté des haies, avec des arbustes locaux (et quelques horticoles),des arbres fruitiers, puis des  sauvages du coin, tel le gaillet vrai à l'odeur de miel, la délicate verveine officinale, la jolie bétoine, le serpolet, et d'autres.

Ces haies sont continues, sur trois côtés : à l'est pour séparer la parcelle "à chevaux", devant la maison, donc au sud, pas forcement des arbustes indigènes, mais qui nourrissent les pollinisateurs et les oiseaux pour certains (cotonéasters, laurier tin, eleagnus, symphorines blanche et rose...) et plus loin une petite haie de charmilles, noisetiers, cornouiller sanguin. Et à l'ouest, sur un talus, quelques troènes, cornouillers mâles, et autres.

La Zone Hotspot maigre 

Là où le terrain est caillouteux et sec, j'ai créé deux parties "plantes aromatiques et plantes qui résistent à la sècheresse",  : thym, sarriette, sauge, romarin, origan.... j'y ai introduit des sauvages du coin (les fameuses "discrètes", celles qui sont si belles si on prend le temps de les regarder de près ! mais que souvent on ne remarque même pas) : calament clinopode, gaillet vrai, linaire striée, serpolet, verveine officinale...


La Zone de Production

Nous cultivons quelques salades, radis, navets, tomates, la principale production étant celle de plantes mellifères, aromatiques et sauvages. 


Habitats etc.

Je laisse des zones non tondues ; tas de branchages et feuilles mortes y ont leur place. Je paille avec foin et laine de mouton. 

j'ai déposé des bûches, bouts de bois, et écorces, en tas ; des tas de branchages qui sont des résidus de taille (je compte en faire une petite haie de Benjes, mais les piquets ne sont pas encore plantés....et je ne sais pas quel emplacement sera le mieux. Il y a aussi un petit tas de pierres, qui n'est pas vraiment "aménagé" mais est assez abrité, sous les grands arbres. 

J'ai posé quelques modestes "abris" : fagots de rameaux de framboisier et sureau, pots en terre, bûches  trouées sur ma fenêtre. Je pense rajouter un coin de sable et de pierres sur une parcelle "potager" peut-être (même si des abeilles solitaires habitent déjà, l'été, dans la terre des talus), ça servira toujours pour des lézards...


Bien sûr aucun produit chimique, même sur ma petite production de plantes mellifères, que je vends sur le marché local, afin de faire (re)découvrir l'intérêt des plantes, pour tous !‌

Hortus des Discrètes
2500 m2