© 2019 by Nini & Yoyo. Proudly created with Wix.com

  • White Facebook Icon

Agir ici et maintenant

Un constat alarmant

Déclin de la biodiversité : le constat actuel est alarmant, les causes sont multiples.

les jardins-hortus, oasis de vie

Nous pouvons agir ici et maintenant en créant un Jardin-Hortus, oasis de vie. Chaque m2 compte !

extinction massive...

Difficile de ne pas être au courant de l'extinction massive de la biodiversité dans le monde. Dans les médias, on parle de sixième extinction massive, et celle-ci est clairement due aux agissements humains. Certains ont pourtant tiré la sonnette d'alarme depuis longtemps... Mais aujourd'hui cette catastrophe est aussi dans les médias grand-public.

Source: WWF 2017

Source: France info 2017

75% des insectes volants ont disparu en Allemagne...

Cette étude réalisée en Allemagne a affolé tous les médias en octobre 2017. Et depuis ? Avons-nous mis sur pied un plan d'urgence maximum  J'avais lu une belle métaphore dans un journal dont j'ai oublié le nom :

 

Nous nous comportons comme si nous allions passer un bon moment à la piscine avec les copains pendant que la maison brûle !

La période du "ça va aller, on verra bien" est bel et bien entrain de se terminer.

Comme l'écrit Markus Gastl dans son prochain livre (à paraître à l'automne 2018 aux éditions Ulmer) : il est bien tentant de lever un doigt accusateur sur le système, les hommes et femmes politiques, les lobbies, Monsanto, les conflits d'intérêt, la corruption.... sans oublier la connerie humaine. Et de protester encore et encore, de fulminer...

Et puis, je peux aussi retourner ce doigt qui accusait les autres et le tourner pour le pointer sur moi. Me demander directement et honnêtement :

"Et moi, qu'est-ce que je fais pour la nature ?"

Je me souviens de mon enfance à Berlin, où mon grand-père, dans son jardin ouvrier, cultivait des fruits et légumes sans produits chimiques, faisait son compost, prenait soin de la terre, année après année. Ma grand-mère transformait toutes ces merveilles pour l'hiver, faisait des jus, des confitures, des sirops, des conserves... Ils produisaient leur nourriture ! Avec eux, j'ai pris très tôt conscience de la vie du sol, de l'importance de l'eau de pluie et des insectes pollinisateurs.
Ces jardins n'existent plus, la ville s'est agrandie, le béton et le goudron ont tout grignoté.

Après avoir passé de longues années en ville, je sentais un appel de plus en plus puissant vers la nature, vers la production de ma propre nourriture.

J'ai vite compris que le potager n'était pas tout, qu'un équilibre doit absolument se faire avec l'environnement immédiat, qu'il DOIT y avoir de l'espace pour d'autres que moi, pour la faune, pour la flore. J'ai commencé avec des bandes fleuries intégrées au potager et ai constaté avec émerveillement l'arrivée d'insectes qui n'y étaient pas auparavant.

C'est alors que j'ai décidé de m'engager solennellement et personnellement pour les plantes, pour ces animaux libres, les insectes qui disparaissent sans bruit, pour les oiseaux, les reptiles, les araignées.... pour ces tous petits êtres vivants qui m'entourent ou vivent sous mes pieds.

Prendre conscience

Je constate que la plupart des humains ont des connaissances ultra spécialisées dans quelques domaines, mais sont totalement ignares sur les savoirs de base. Je le vois également au contact d'enfants qui ne font que refléter ce qu'ils entendent à la maison: la terre, c'est sale, les insectes sont dégoûtants, les vers de terre immondes, les herbes peuvent être mauvaises, les serpents, faut les tuer... et les pommes de terre viennent des super-marchés.

C'est si pratique, les grandes surfaces... oui mais : pendant le dernier siècle, la production par hectare a doublé, le coût des aliments a chuté, mais on subventionne les paysans, et la pollution des sols, de l'air et de l'eau ne sont pas compris dans la facture... Oui, la production a doublé, mais à quel prix ? Si l'on regarde le bilan énergétique de la production de nourriture, nous sommes à un rapport de 1:10.  Oui, vous avez bien lu, il faut 10 Joules pour produire 1 Joule.... On injecte massivement de l'énergie sous forme d'engrais, de pesticides, de machines (donc consommation de pétrole, de gaz, d'électricité)... pour faire pousser ce que nous mangeons. C'est vivre à crédit... nos enfants et petits-enfants apprécieront. De plus, financièrement, les paysans ne s'en sortent pas, les profits vont à d'autres. 

Je voudrais citer Bill Mollison, un des pères de la permaculture :

 

" La tragique réalité est que très peu des systèmes durables existant aujourd’hui sont conçus ou mis en place par ceux qui détiennent le pouvoir, et la raison en est évidente et simple : laisser les gens s’organiser pour produire leur propre nourriture, leur énergie et construire leurs habitations c’est perdre le contrôle économique et politique qu’ils ont sur eux. Nous devrions cesser de nous tourner vers les structures de pouvoir, les systèmes hiérarchiques ou les gouvernements pour nous aider, et trouver des moyens de nous aider nous-mêmes. "

Action !

Une partie de la solution consiste - selon moi - à prendre conscience de nos ressources, d'honorer la vie sous toutes ses formes, de raccourcir le chemin entre le producteur et le consommateur, de produire de façon durable en utilisant les ressources sur place et de s'intéresser à ce que nous avons de plus précieux au monde : le sol vivant.

Inspiré par la lecture des livres de Markus Gastl : Le Jardin aux trois zones et Jardin Naturel et Permaculture

Photos : Annika Badenhop, Verena Berger, Toni Burger, Markus Gastl, Daniel Gier, Doris Hartmann, Sebastien Heim, Martin Herbst, Daniel Jakumeit, Tim Kinast, Karin Kurzmann, Nini Maass, Moni Meier, Rh Pagsis, Caroline Siedler, Petra Spitzer