Hortus Laetus

Ile-de-France
Hortus Laetus
Point de départ

Après avoir vécu 10 ans à Paris, nous avons acheté cette maison et son jardin en 2009. La maison étant mitoyenne, nous avons un jardin en U : un peu devant, un peu sur le côté gauche et un peu plus derrière. Il existait déjà une zone tampon à l’arrière de la maison et à moitié sur le côté, composée de Forsythias, Photinia Red Robin, arbre à perruques, Buddleia, Seringat et quelques fusains.


Mon voisin et moi avons rapidement installé sur le grillage mitoyen du lierre et du chèvrefeuille autant pour l’intimité que leur utilité pour les insectes.

J’ai toujours aimé les insectes, j’ai donc rapidement ajouté des plantes qui étaient mellifères mais sans privilégier les espèces locales dans un premier temps : spirée du japon, rosa rugosa, origan, sauges, valériane des jardins …

Plantes indigènes et habitats

Mon intérêt pour le principe de l’Hortus m’a fait prendre conscience que les plantes mellifères ne suffisaient pas, que c’était important de privilégier les plantes locales et d’ajouter aussi des endroits spécifiques comme par exemple des tas de bois mort ou des tiges creuses, et de savoir également laisser la tondeuse de côté pour laisser pousser l’herbe. Pas toujours facile à faire car étant dans un quartier résidentiel avec des voisins du style pelouse de golf, je craignais un peu les remarques.

Changements forts en émotions

C’était très étonnant de laisser pousser la pelouse d’ailleurs, d’une année sur l’autre je n’ai pas eu les mêmes plantes sauvages. Une grande émotion lorsque j’ai vu mon premier hérisson en 2019 et ma première mante religieuse en 2020. J’ai également des vers luisants aussi depuis quelques années ainsi que des argiopes frelon.

Mon rêve : accueillir des lézards. Je commence à ajouter des pierres et des briques au jardin mais je n’en ai pas beaucoup pour le moment. J’ai pour projet également de faire un mini point d’eau dans une bassine en plastique.

Ma zone de production est petite pour l’instant, je mets principalement des tomates et parfois des pommes de terre. J’ai aussi un cerisier, un prunier, un mini pommier et un mini pêcher et quelques pieds de petits fruits (cassis, groseilles, groseille à maquereau). J’ai déraisonnablement planté un noisetier mais je vais devoir le contenir car c’est trop grand pour l’emplacement où je l’ai mis.

J’ai pour projet de faire la zone hotspot cette année mais comme pour les pierres, les matériaux me manquent et je ne souhaite pas acheter du sable et du gravier, alors je fais petit à petit au fur et à mesure de mes récupérations.

Hortus Laetus
400 m2

Laëtitia LEPLEY

77610

La Houssaye-en-Brie